lundi 29 décembre 2008

Barbare blanc

J'ai 10 ans. Toutes les semaines, en français, les élèves choisissent un livre à lire dans la bibliothèque de la classe. Les auteurs classiques commencent déjà à m'emmerder, alors j'opte pour un livre-jeu. Le regard noir de la prof me confirme que ce n'est pas parce que j'ai le droit de le prendre que j'ai le droit de le prendre. Je le prends quand même.

J'ai 12 ans. La psychose anti-jeux de rôle s'installe en France. Il est attendu que nous passions nos week-ends de façon constructive, à effectuer des activités saines et adaptées à notre développement de pré-adolescents, pas à vivre comme des autistes dans un monde fantasmé. Avec des copains, je débute une campagne de Stormbringer.

J'ai 14 ans. Je tapote sur les synthés en démonstration à l'hypermarché du coin pendant la folie de Noël. Un collègue de mon père passe par là et tient à m'expliquer que tout ça ne vaut rien, que ce genre d'instrument est méprisable et que la seule vraie musique n'a pas besoin d'amplification. Je me découvre un intérêt pour la musique électronique.

J'ai 15 ans. La prof de français souhaite nous faire écrire des fiches de lecture. Tous les sujets, tout les genres sont autorisés, à l'interdiction spécifique et formelle de la science-fiction. Par chance, j'ai justement Fondation sous le coude.

J'ai 16 ans. Le prof de physique met un point d'honneur à ne pas préparer ses élèves à utiliser une calculatrice, dans un grand argumentaire qui mélange décadence du calcul mental, jeunesse qui ne sait plus compter et science physique qui ne doit pas reposer sur les nombres. Il se révèle incapable d'imposer la règle à calcul et nous regarde, dépité, taper les résultats exacts à la machine. Je m'en fous et programme un artilleur sur ma Casio.

J'ai 17 ans. Nous papotons entre camarades de classe et la prof nous lâche avec le rictus de mépris de celle qui sait la distinction entre le Bien et le Mal : "alors, encore en train de parler de jeux vidéo ?"

J'ai 20 ans et commet l'erreur de faire des études sans lien évident avec mes envies. Dans ma Grande Ecole, le club étudiant le plus important est le club musique. Il est squatté par des émules de Nirvana qui tentent de jouer Smells Like Teen Spirit à la gratte. Agacé par tant de sérieux, j'écoute des tas de trucs qui ne le sont pas. Le mépris agressif que je reçois me fait prendre conscience que même chez les sous-cultureux, on sait faire la distinction entre le Bien et le Mal.

J'ai 22 ans. Les Japonais sont des fourmis qui tentent d'abrutir le monde occidental avec du sexe et de la violence. Je squatte les lecteurs LD des potes et participe activement à la ruine de mon pays en m'abrutissant d'animation japonaise.

J'ai 23 ans. L'un de ces potes regarde mon cd d'Autechre et cache difficilement son ironie pour ces rythmes décérébrants qui méritent à peine le nom de musique. Je passe sous silence son amour des jeunes voix féminines japonaises histoire de ne pas compromettre notre amitié.

J'ai 28 ans. Je découvre sur Wikipédia des tonnes de gens partageant mes connaissances alternatives. On tente de me faire admettre que la méthode n'est pas la bonne et qu'il ne faut pas mettre tous les sujets sur le même plan. Insensible à ce genre d'argument par la force des choses, je n'écoute pas les fâcheux. Personne ne le fait, d'ailleurs. Ils en ont agacé et en tirent la conclusion étrange qu'ils ont raison et tous les autres tort. J'ai du mal à suivre la logique.

Je suis un barbare. Un barbare très éduqué, qui a lu, vu et entendu ce qu'il faut, mais un barbare néanmoins.  Livré à moi-même, mes centres d'intérêt ne sont furieusement pas classiques. J'ai eu le temps de constater que, quoi qu'il arrive, on exige que je reconnaisse l'infériorité intrinsèque de ce qui m'intéresse. Grâce à Wikipédia, j'ai compris que des types comme moi, le monde en est rempli. Je ne dis rien en dehors de ce projet, mais dessus, voilà ma réponse aux nombreux qui voudraient qu'une fois encore je courbe l'échine : allez voir sur une autre encyclopédie si j'y suis.

Sur Wikipédia, les barbares n'ont pas envahi Rome : ils ont construit eux-mêmes la ville. Parfois, je me promène sur le forum et j'entends un orateur tenter de rallier les foules car les babares seraient amassés aux portes. J'en ris encore.

EDIT : on m'a signalé que mon insulte finale était bien peu classe et, après une nuit de sommeil, je me rends compte qu'elle était bien trop agressive. J'ai donc légèrement changé sa formulation.

17 commentaires:

Manoillon a dit…

Merci.

Rhadamante a dit…

ça me rappelle des choses tout ça :)

DC a dit…

Un barbare très éduqué, qui a lu, vu et entendu ce qu'il faut

Quel orgueil ce Poulpy !

Edhral a dit…

Pas d'exemple "cinéma" ? Pourtant, encore un thème où perso je me suis pris des "tu vas vraiment aller voir le dernier Indiana Jones (ou Iron man ou...)" ? Pffff...". :-D

Sinon, idem Manoillon et Rhadamante.

Anonymous a dit…

Que j'aime cette diatribe et sa chute à la hauteur du propos !
"Ouais, moi je suis un rebelle, et j'en suis fier" avec une comparaison aux barbares. Tu seras peut-être ravi d'apprendre que les Barbares en question ont essayer de perpétuer Rome. Et n'ont pas eu la prétention de la construire.

Faut arrêter de se croire meilleur que les autres et aller te faire foutre, justement. Ça te détendra peut être.

Popo le Chien a dit…

Bof. Tu confonds égalitarisme et nivellement, recensement du tout avec celui du n'importe quoi.

C'est vrai que c'est sympa tout ça, on a tous joués à ces jeux, lus ces livres et écouté cette musique, et on est tous contents d'avoir des articles correspondant sur WP - même Gribeco admet qu'il faut un article Pokémon, c'est dire!

Par contre, ces dehors d'universalisme geek de bon aloi me gênent en ce qu'ils ressemblent diablement à ces tirades démagos prédisant la revanche des "petites gens" contres les "élites". Fort bien, mais ça ne m'explique pas comment ou pourquoi moi, contributeur un peu investi, je peux et dois laisser la création d'un article autobiographique par un groupe de garage en mal de reconnaissance, ou hagiographique sur un personnage de 3e zone d'un roman et qui, faute de vérifiabilité dans un cas comme dans l'autre, ne resteront que des travaux inédits de (souvent) médiocre qualité. Ces gens qui viennent nous parler d'eux, de leur passion dévorante pour Inohaal l'elfe pétomane sont des profiteurs (freeriders en économie), venus donner un vernis de respect à des âneries parce que justement, sur WP, il y a des trucs sérieux.

Rien n'empêche ces gens d'aller créer leur propre page web. Rien ne les empêche d'aller se faire foutre, pour reprendre ton terme pas super gracieux. Internet est immense, alors pourquoi venir absolument profiter de ceux qui bossent un peu et devront derrière encore se taper le contrôle et la surveillance au jour le jour de trucs invérifiables et incontrôlables (que ce soit par wikification ou patrouille RC, sans compter les conflits avec les divers cas sociaux du moment)?

La comparaison avec Rome est sympa, sauf que ce n'est pas des barbares conquérants dont je me méfie (je suis d'accord avec toi qu'on est tous le barbare d'un autre), mais de ceux qui pensent que les légionnaires ne sont là que pour nettoyer les chiottes du Cirque.

Poulpy a dit…

Popo, j'ai bien peur que tu n'aies pas compris mon propos.

darkoneko a dit…

fride from dizaaaieur~~ (oui, j'aimais aussi beaucoup Gala)

être en dehors du moule apporte une plus grande liberté d'esprit, mais la société n'aime pas ce qui sort de la normalité :/

(bah, quand j'étiat au lycée, j'avia smême trouvé un groupe de personnes avec qui echanger des mangas pendant les récrés :)

Popo le Chien a dit…

@Poulpy: En fait si, je sais qu'on ne parle pas tout à fait de la même chose (et paradoxalement je suis plutôt d'accord avec toi sur la plupart des points); mais que veux-tu, aujourd'hui j'avais besoin d'une excuse et d'un volontaire sur qui déverser ma bile suppressioniste ^^.

Apollon a dit…

J'ai vécu la même chose. C'est extraordinaire comment les autres croient avoir raison et connaitre le bien et le mal. J'ai beau montrer qu'en fait c'est moi, rien n'y change.

paul a dit…

>> manoillon a dit...
Merci.

+ 1000

Circeus a dit…

ET moi qui avait vaguement espéré une parodie de "Stop ou encore"... Autant pour moi, je suis agréablement déçu :p
Ça te dérange si je traduisait ça en anglais?

Landru a dit…

« C'est extraordinaire comment les autres croient avoir raison et connaitre le bien et le mal. »

Oui, c'est vrai ; et nous aussi ; sauf que dans ce cas, nous avons raison et que nous connaissons le bien et le mal. Juger est dans la nature humaine ; nous le faisons tous tout les jours. Mais quand il s'agit d'autrui, et qu'il n'est pas d'accord avec nous, c'est un con.

Poulpy a dit…

@Circeus : aucun problème pour la traduction.

@Les autres : merci. :)

Circeus a dit…

Juste pour dire que je suis finalement venu à m'occuper de cette traduction (j'avais presque tout terminé une première mais un problème avec WikEdut m'a fait tout perdre). On peut voir le résultat ici ou .

Anonyme a dit…

J'ai 34 ans, et j'adore te lire. Merci pour ce que tu écris.

Anonyme a dit…

s/ont agacé/sont agacés/