jeudi 2 septembre 2010

Fight the Powah![who?]

J'étais en train de lire un texte d'OWNI sur l'absence des intellos français sur Internet (enfin, plus exactement, leur refus d'être présent sur Internet). Bon, OK, mais qui se préoccupe encore des intellectuels français parisiens germano-pratins (j'ai plus d'adjectif pertinent, Saint-Germain-des-Près est redevenu un quartier ordinaire de Paris depuis des décennies) ?

J'imagine que ça doit être assez difficile à concevoir pour certains de mes lecteurs, mais je vis dans un monde totalement désintellectualisé, d'où les institutions sont absentes. Ici, l'État est une abstraction se réduisant à ses interfaces administratives, les gouvernements ont autant impact que si je vivais au bord du désert des Tartares et les discours tenus par les personnes autorisées me parlent autant que ceux des Tubular Brainers dans l'Arche de Captain Blood[1].

Dans un texte cité par le billet d'OWNI, j'ai trouvé la citation suivante, que je trouve assez descriptive : « La culture numérique est née d’ingénieurs surdoués mais plutôt rustauds (accessoirement : n'ayant pas lu La Princesse de Clèves, ils sont l'incarnation parfaite de cette middle class méprisée par nos intellectuels). »

Je me suis déjà exprimé il y a quelques mois sur ma propre rusticité et ma propre condition de fils de middle class sans passé ni culture. Il se trouve que je n'ai pas lu La Princesse de Clèves (par pur hasard, j'ai lu d'autres bouquins ; et puis ma grande sœur m'avait dit que c'était super chiant) et que j'ai un diplôme d'ingénieur (qui ne m'a d'ailleurs jamais vraiment servi). J'ai grandi dans des classes de fils et filles d'enseignants intégralement dédiés à l'entrée dans des Grandes Écoles. Probable que mon comportement adulte est une réaction au sentiment d'aliénation que je n'ai pas manqué d'éprouver à l'adolescence.

Toujours est-il que le discours intellectuel français standard me passe complètement au-dessus de la tête. Certes, il m'agace un peu (qui ne serait pas agacé quand on lui fait comprendre qu'il doit faire partie d'une culture tout en sachant qu'il en sera éternellement exclu ?[2]), mais il est quand même bien bénin. Je sais bien que la Vraie Vie n'est pas là. Que quand la France disparaitra complètement de la pensée mondiale[3], ça ne sera pas bien important, que la France fut juste un pion brièvement promu comme reine avant d'être retiré de l'échiquier. Tout ceci ne changera rien pour moi, ni pour les dizaines de millions de mes concitoyens.

La seule chose que je sais, c'est que tout le monde aime votre culture, mais que personne n'ira jamais la défendre à votre place. Ce n'est même pas une question de protection, d'exception culturelle, d'impérialisme ou n'importe quoi. Bref, l'hystérie anti-Internet, ce n'est pas seulement à côté de la plaque, c'est également le meilleur moyen pour disparaitre totalement. Peut-être est-ce l'objectif ? Le désir de mort n'est pas quelque chose d'abstrait.

De mon côté, Wikipédia, c'est un peu ma façon de faire vivre ma culture à moi (une culture hétéroclite, qui contient même de vrais morceaux de Grande Culture). Ce n'est pas la seule, mais c'est le sujet de mon blog, donc je ne parlerai que de ça. Ça me procure également le sentiment gratifiant de m'opposer à l'establishment sans avoir à lancer de pavés. L'affreuse vérité, c'est que je ne me soucie pas de promouvoir la Culture ou la Mémoire ou je ne sais quel autre grand mot avec une majuscule au début. Si je fight the powah, c'est un sous-produit, une conséquence annexe, un cadeau bonus, un truc cool en plus.

Malgré tout ça, malgré mon passé, malgré mes origines, malgré mon environnement, je n'ai aucune justification particulière pour contribuer à Wikipédia, mis à part que c'est fun. Il parait que c'est mal et que c'est un exemple de plus de la démission politique des personnes de mon âge. Euh, certes, et alors ?

C'était un billet de blog complètement décousu, écrit sur une dizaine d'heures au milieu de plein d'autres choses. La seule chose que je voulais dire, c'est : je n'intellectualise pas Wikipédia. Voilà.


  1. Félicitations à ceux qui pigent la référence.
  2. Et je suis très très loin d'être le plus exclu dans l'histoire.
  3. En supposant que ce n'est pas déjà le cas, bien sûr.

14 commentaires:

darkoneko a dit…

raw raw fight the power !

Manoillon a dit…

Ha... le Capitaine Blood... peut-être aurais-je du passer plus de temps à lire la Princesse de Clèves plutôt que de le voir trembloter en essayant de communiquer avec ces crétins d'ET pour retrouver ses clones...

Anonyme a dit…

"Cadeau bonus" connaît pas !

Cadeau Bonux oui. Est-ce que WP en parle d'ailleurs ?

Moi ou un autre.

o2 a dit…

J'étais étudiante en lettres il y a 2 mois. Je n'ai jamais réussi à lire (plus de 30 pages de) La Princesse de Clèves. Mais je considère que c'est une œuvre importante pour l'histoire de la littérature.
Mais plus que tout, je me retrouve beaucoup dans ton article (même si ça part un peu en vrille par moments).
J'avais une (super) prof qui disait que l'important c'était la diversité des pratiques culturelles, qu'aujourd'hui ceux qui "réussissaient" c'était ceux qui maîtrisaient à la fois les codes de la culture "légitime" et ceux de la culture "illégitime". Wikipédia est un éloge à ça. Finalement, pour moi, ce que tu fais dans ton post (et moi aussi présentement) c'est déjà intellectualiser notre participation à Wikipédia. Et ça n'est pas plus mal. :)

do a dit…

un intellectuel philosophe qui disait des trucs bien et mesurés et que j'avais apprécié avait dit qu'il avait fait le choix de ne pas être sur internet pas par snobisme, mais parce que tout allait trop vite et que ça ne lui laissait pas le temps d'approfondir sa pensée, alors il faisait le choix de rester un peu en retrait. sans bouder ni critiquer.

J'en pense un peu que c'est pas faux.

Par contre, je trouve que pour le commun de tout le monde, internet est un haut lieu de réflexion et d'échanges, et que ça nous forme à penser, exprimer nos pensées par écrit, et que ça va vite, mais moins qu'au comptoir d'un bistrot et on est pas obligés de boire.
Du coup, c'est plutôt mieux, d'autant qu'on peut s'informer pour étayer ce qu'on dit, et tout le monde joue le jeu.

Je crois qu'on perd en intériorité, mais qu'on gagne en temps passé à réfléchir, même tard dans la nuit, et pour beaucoup de monde,

...et ça, ça pèse bien plus que nos 2 années X 3 trimestres X 2 copies de français - philo - histoire - géo - instruction civique de seconde terminale ou de CAP BEP, du point de vue de la pratique

et c'est loin d'être rien!

(même si des lectures obligées ne nous ont pas fait de mal, aussi, parce qu'il y a vraiment des gens qui ont trouvé des trucs importants avant note siècle)

Koko90 a dit…

Que de souvenirs. J'ai lu la Princesse de Clèves l'année où j'ai découvert L'Arche du Capitaine Blood. Ça fait une coïncidence rigolote.

Et on pouvait tirer quelque-chose des Tubular Brainers, il fallait juste un mot de passe...

Je me rends compte que si Commander Blood a sa page Wikipédia, ce n'est pas le cas de Big Bug Bang, le troisième volet de la saga. Une page à créer pour Poulpy ou un de ses nombreux fans.

gede a dit…

Et si on a lu, cet été, La Princesse de Montpensier (La princesse de Clèves -un grand livre- c'était déjà fait depuis un certain temps), pour son pur contentement, sur un kindle, après avoir téléchargé le texte sur un site spécialisé dans la diffusion de contenu libre, on est où dans ta typologie ?

Spicalioth a dit…

J'ai entendu cette semaine un débat sur France Culture, entre intellectuels. L'un d'entre eux a fait remarquer que Wikipédia était tellement entré dans les habitudes chez les producteurs de textes, que les critiques publiques à son encontre semblaient fortement s'amenuiser. La pratique routinière aurait-elle plus de force que l'argumentation ?

Bon, sinon, je me souviens avoir joué à "L'Arche du Capitaine Blood" sur Commodore 64 (mais je ne suis pas allé très loin).

Anonyme a dit…

La pieuvre par l'œuf.
Votre discours est biais, caricatural et montre que vous ignorez ce que sont les intellectuel et en quoi consiste le fait de faire usage de son cerveau, de réfléchir aux conditions de ses actes et à leur signification avant, pendant et après les avoir commis.
Certes, votre façon de parler de vous montre une certaine propension à vous flatter le nombril, ce qui explique peut-être votre méconnaissance du fait que LES INTELLECTUELS ne sont pas une classe à part dominée par des parisiens prétentieux parisiens médiatiques.
Il est surprenant toutefois que contrairement à vos préconisations bien apprises de wikipédia, vous vous contentiez de la surface des choses pour en parler, plutôt que chercher des références, que forcément vous en pourrez pas trouver… Surprenant ? pas autant que ça, le surf se fait à la surface, et comme vous n'aimez pas les vagues dans votre confortable univers virtuel étriqué, vous n'avez même pas la chance de vous intéresser aux plis sur lesquels il est plus amusant de surfer.
Il est intéressant, toutefois, de constater à quel point, vous et vos comparses de wikipédia, vous vous empressez de dénoncer comme vandales ces intellectuels (absents d'internet) quand vous en croisez. L'hystérie anti intellos et vos campagnes de destruction de toute réflexion critique au profit du vide sidéral ne montre que votre peur… peur d'être débordé, dépassé par des intellos qui n'auraient aucun mal à apprendre la seule chose que vous savez faire, des codes.
Et vous avez raison d'avoir peur, parce que votre discours de petit bourgeois, propriétaire d'espace virtuel, prêt à chasser les intrus dont la réflexion vous dépasse se retournera contre vous.
Vous croyez être moderne en maîtrisant des codes qui seront caducs dans six mois ? Vous croyez faire partie de la modernité en fréquentant assidument internet ? L'outil n'est pas moderne, ce qui est moderne ou pas est l'usage qu'on en fait. L'usage que vous en faites, qu'en font les administrateurs de wikipédia sous couvert d'une sous-philosophie de bazar est totalement archaïque. Vous représentez la préhistoire d'internet, aussi bien dans les fausses valeurs que vous prétendez défendre que dans vos attitudes de rejet de ce qui diverge de vos sornettes habituelles.
Les discours anti-vieux, anti-intello qu'on trouve assez fréquemment sont le reflet de cette sous culture que vous entendez fabriquer et d'autres qui pensent pour vous entendent imposer à l'humanité. Organisation caritative à but non lucratif et à objectifs obscurantistes : c'est le moyen âge que vous participez à fabriquer, pas la modernité.

Altshift

Anonyme a dit…

La pieuvre par l'œuf.
Votre discours est biais, caricatural et montre que vous ignorez ce que sont les intellectuel et en quoi consiste le fait de faire usage de son cerveau, de réfléchir aux conditions de ses actes et à leur signification avant, pendant et après les avoir commis.
Certes, votre façon de parler de vous montre une certaine propension à vous flatter le nombril, ce qui explique peut-être votre méconnaissance du fait que LES INTELLECTUELS ne sont pas une classe à part dominée par des parisiens prétentieux parisiens médiatiques.
Il est surprenant toutefois que contrairement à vos préconisations bien apprises de wikipédia, vous vous contentiez de la surface des choses pour en parler, plutôt que chercher des références, que forcément vous en pourrez pas trouver… Surprenant ? pas autant que ça, le surf se fait à la surface, et comme vous n'aimez pas les vagues dans votre confortable univers virtuel étriqué, vous n'avez même pas la chance de vous intéresser aux plis sur lesquels il est plus amusant de surfer.
Il est intéressant, toutefois, de constater à quel point, vous et vos comparses de wikipédia, vous vous empressez de dénoncer comme vandales ces intellectuels (absents d'internet) quand vous en croisez. L'hystérie anti intellos et vos campagnes de destruction de toute réflexion critique au profit du vide sidéral ne montre que votre peur… peur d'être débordé, dépassé par des intellos qui n'auraient aucun mal à apprendre la seule chose que vous savez faire, des codes.
Et vous avez raison d'avoir peur, parce que votre discours de petit bourgeois, propriétaire d'espace virtuel, prêt à chasser les intrus dont la réflexion vous dépasse se retournera contre vous.
Vous croyez être moderne en maîtrisant des codes qui seront caducs dans six mois ? Vous croyez faire partie de la modernité en fréquentant assidument internet ? L'outil n'est pas moderne, ce qui est moderne ou pas est l'usage qu'on en fait. L'usage que vous en faites, qu'en font les administrateurs de wikipédia sous couvert d'une sous-philosophie de bazar est totalement archaïque. Vous représentez la préhistoire d'internet, aussi bien dans les fausses valeurs que vous prétendez défendre que dans vos attitudes de rejet de ce qui diverge de vos sornettes habituelles.
Les discours anti-vieux, anti-intello qu'on trouve assez fréquemment sont le reflet de cette sous culture que vous entendez fabriquer et d'autres qui pensent pour vous entendent imposer à l'humanité. Organisation caritative à but non lucratif et à objectifs obscurantistes : c'est le moyen âge que vous participez à fabriquer, pas la modernité.

Altshift

Anonyme a dit…

La pieuvre par l'œuf.
Votre discours est biais, caricatural et montre que vous ignorez ce que sont les intellectuel et en quoi consiste le fait de faire usage de son cerveau, de réfléchir aux conditions de ses actes et à leur signification avant, pendant et après les avoir commis.
Certes, votre façon de parler de vous montre une certaine propension à vous flatter le nombril, ce qui explique peut-être votre méconnaissance du fait que LES INTELLECTUELS ne sont pas une classe à part dominée par des parisiens prétentieux parisiens médiatiques.
Il est surprenant toutefois que contrairement à vos préconisations bien apprises de wikipédia, vous vous contentiez de la surface des choses pour en parler, plutôt que chercher des références, que forcément vous en pourrez pas trouver… Surprenant ? pas autant que ça, le surf se fait à la surface, et comme vous n'aimez pas les vagues dans votre confortable univers virtuel étriqué, vous n'avez même pas la chance de vous intéresser aux plis sur lesquels il est plus amusant de surfer.

Anonyme a dit…

Il est intéressant, toutefois, de constater à quel point, vous et vos comparses de wikipédia, vous vous empressez de dénoncer comme vandales ces intellectuels (absents d'internet) quand vous en croisez. L'hystérie anti intellos et vos campagnes de destruction de toute réflexion critique au profit du vide sidéral ne montre que votre peur… peur d'être débordé, dépassé par des intellos qui n'auraient aucun mal à apprendre la seule chose que vous savez faire, des codes.
Et vous avez raison d'avoir peur, parce que votre discours de petit bourgeois, propriétaire d'espace virtuel, prêt à chasser les intrus dont la réflexion vous dépasse se retournera contre vous.
Vous croyez être moderne en maîtrisant des codes qui seront caducs dans six mois ? Vous croyez faire partie de la modernité en fréquentant assidument internet ? L'outil n'est pas moderne, ce qui est moderne ou pas est l'usage qu'on en fait. L'usage que vous en faites, qu'en font les administrateurs de wikipédia sous couvert d'une sous-philosophie de bazar est totalement archaïque. Vous représentez la préhistoire d'internet, aussi bien dans les fausses valeurs que vous prétendez défendre que dans vos attitudes de rejet de ce qui diverge de vos sornettes habituelles.
Les discours anti-vieux, anti-intello qu'on trouve assez fréquemment sont le reflet de cette sous culture que vous entendez fabriquer et d'autres qui pensent pour vous entendent imposer à l'humanité. Organisation caritative à but non lucratif et à objectifs obscurantistes : c'est le moyen âge que vous participez à fabriquer, pas la modernité.

Altshift

Anonyme a dit…

ah mince, on me disait que mon message ne logeait pas… allez, ça ne vous fera pas de mal de lire plusieurs fois.

Poulpy a dit…

Cher Altshift, le jour où Internet sera rentré dans les habitudes culturelles en France, nous pourrons en reparler. Mais comme le discours intellectuel à ce sujet (ou aux autres, ne nous voilons pas la face) ne semble pas devoir dépasser les invectives approximatives que vous déversez à mon encontre, je pense avoir fait le bon choix en suivant ma route sans attendre une quelconque validation de la dite intelligentsia.

En revanche, du point de vue personnel, je suis ravi d'avoir enfin un commentaire insultant digne des véritables sites reconnus et autorisés.