mardi 25 novembre 2008

Un article n'est pas un article

Un article, ce n'est pas seulement un article, c'est bien plus que ça.

Il y a d'abord le contenu purement encyclopédique :
  • une introduction ;
  • un ensemble de paragraphes ;
  • des images, des vidéos, des extraits sonores.
Mais il y a aussi la structure :
  • l'organisation des paragraphes ;
  • la table des matières.
Les données factuelles et leur mise en page :
  • des données types, généralement visualisées par l'intermédiaire d'une infobox ;
  • des tableaux ;
  • des listes.
La navigation :
  • les liens vers d'autres articles ;
  • les catégories ;
  • l'inclusion dans un ensemble d'articles, accessibles par des palettes de navigation, par exemple ;
  • les articles dans d'autres langues ;
  • les liens vers des projets connexes.
Les sources documentaires :
  • des liens externes à Wikipédia ;
  • des références ;
  • une biblio.
On peut y rajouter les concepts liés au wiki :
  • les éditions successives de l'article ;
  • les contributeurs ;
  • les discussions.
Les données statistiques :
  • le nombre de consultations ;
  • le nombre d'éditions ;
  • le nombre de vandalisme ;
  • l'évolution de la taille de l'article.
Les indicateurs de travail, souvent matérialisés par des bandeaux :
  • avancement de l'article (ébauche, etc.) ;
  • problèmes éventuels (neutralité, etc.).
La présentation :
  • macros diverses (mise en forme de texte, ) sous la forme de modèles.
Le contenu encyclopédique est évidemment l'aspect important de la chose, mais n'en est qu'un aspect. Ce qui fait la force de Wikipédia, c'est précisemment tout le reste. On me dit souvent qu'« on est là pour écrire une encyclopédie », et je sais que ça signifie « il faut se concentrer sur le texte ». C'est négliger la spécificité de Wikipédia : écrire un article encyclopédique est à la portée de n'importe qui muni d'une feuille de papier. Wikipédia apporte des solutions bien plus intéressantes.

Souvent, je regrette que tous ces aspects ne soient pas facilement accessibles, par exemple pour des traitements externes. S'il faut modifier le logiciel de Wikipédia, il serait bien d'opter pour une architecture autorisant la collecte facile de toutes ces informations, de façon à accroitre les capacités de représentation d'un sujet.

vendredi 21 novembre 2008

Complots

Allez, après le post sérieux de la dernière fois, le post détente (enfin, détente, c'est vous qui voyez) qui me permet de placer un maximum de liens.

Via le blog de Phil Plait (une bonne source pour ma nerditude assumée), je suis tombé sur une liste du Telegraph sur les « 30 meilleures théorie du complot ». Une théorie du complot, ça consiste à prendre des faits ordinaires (par exemple qu'on verbalise les voitures mal garées la nuit) et à supposer qu'une organisation en tire les ficelles pour atteindre un but occulte (si on verbalise les voitures mal garées la nuit, c'est pour contraindre les automobilistes à utiliser les parkings privés et augmenter les recettes des entreprises qui les gèrent, avec la complicité du gouvernement). Une théorie du complot, c'est l'art du court-circuit logique appliqué aux événements, la recherche d'un lien entre ce qui ne peut pas être relié, la justification que ce qu'on déteste est réellement la cause de tout ce qui ne va pas. Généralement, ça décoiffe.

Alors, je ne sais pas pour vous, mais moi, j'adore les théories du complot (surtout depuis que j'ai joué à Illuminati quand j'étais gosse). Wikipédia également, d'ailleurs : la catégorie dédiée sur fr: contient 72 articles et 6 catégories. Sur en:, elle atteint 221 articles et 10 sous-catégories.

Donc, je suis allé vérifier si on retrouvait sur Wikipédia les 30 conspirations mentionnées dans le Telegraph. Certaines sont bien connues, d'autres à usage plus restreint. La quasi-totalité possède au moins un paragraphe dans un article wikipédien ; un nombre conséquent possède même son article dédié.

Avant toute chose, il faut préciser un point important : si en France (oui, je sais, fr: ce n'est pas seulement la France) le thème de la conspiration trouve actuellement le plus d'écho vers la gauche et vise le Grand Capital Apatride, aux États-Unis (oui, je sais, en: ce n'est pas seulement les USA), le complot est l'apanage des dingues de droite et vise surtout le gouvernement fédéral. Je simplifie évidemment, mais l'idée est là.

Évacuons les plus connues. Comme il se doit, les Protocoles des Sages de Sion sont présents ; certes, il ne s'agit pas d'une théorie du complot à proprement parler, plutôt d'un faux visant réellement à attiser la haine antisémite, mais les Protocoles jetèrent les bases de ce genre de truc. La conspiration la plus hype du moment, le camouflage de tout ou partie des attentats du 11 septembre à des fins inavouables (mais définitivement pétrolières), possède son article dédié. Le crash de Roswell est ici (il sert de base à une tripotée de théories complotistes dérivées, c'est donc bien normal). Il y a aussi le Nouvel ordre mondial et son lien avec les Illuminés de Bavière ainsi que ma préférée, le pipotage du programme Apollo.

L'assassinat de Kennedy est un sujet intéressant. Là où en: ne possède qu'un article « Kennedy assassination conspiracy theories », fr: s'est fendue d'une liste de « théories dans l'assassinat de Kennedy » et d'une « liste d'allégations démenties sur l'assassinat de Kennedy ». À priori, fr: pourrait être vue comme creusant le sujet plus profondément. Pour ma part, j'ai plus l'impression que là où en: reconnait explicitement l'aspect « théorie complotiste », fr: a plus de mal à faire la distinction.

Sinon, en: possède des articles spécifiques pour des tas d'événements, comme l'explosion du vol 103 de Pan Am, les attentats de 2005 à Londres, l'existence de Shakespeare, Harold Wilson ou la mort de Diana. Bien sûr, Paul est mort, y compris sur fr: ; en revanche, Elvis est peut être vivant mais même en: n'estime pas devoir faire un article complet sur le sujet. Par contre, j'ai appris à quoi Frank Zappa faisait référence en disant qu'« Elvis has just left the building » (et du coup, je lie vers la chanson, y'a pas de raison).

Dans d'autres cas, le complot n'est mentionné que dans le corps des articles, comme la fluorisation de l'eau potable ou les attentats de 1999 en Russie. Dans d'autres cas, il est difficile de savoir s'il s'agit juste de controverses sérieuses ou de délires complotistes, comme pour l'HAARP, l'origine du SIDA ou le réchauffement climatique.

Il y a aussi les complots qui existent par eux-même, comme l'experience Philadelphia, les chemtrails ou les hélicoptères noirs.

Globalement, fr: ne s'en sort pas mal. Je trouve qu'elle possède pas mal d'infos sur ces sujets conspirationnistes culturellement anglo-saxons. Je n'ai pas vérifié si on y trouvait beaucoup de complots culturellement français (comme par exemple les lâchers de vipères au-dessus des forêts). Le Telegraph ne mentionnait qu'une seule théorie du complot provenant réellement d'ailleurs : il y aurait eu dans le monde musulman une théorie comme quoi le tsunami du 26 décembre 2004 aurait été provoqué par un essai nucléaire israélo-indien afin d'éliminer des populations majoritairement musulmanes. Cette théorie est absente d'en: et de fr:. Par ailleurs, le Telegraph ne mentionne pas la seule théorie qui viendrait à l'esprit de tout contributeur français normalement constitué : le négationnisme de la Shoah (et les allégations de complot pour couvrir sa supposée inexistence).

Pour finir, il semble qu'une théorie est en gestation. L'Agence fédérale américaine des situations d'urgence a récemment stocké 500 000 cercueils en plastique près d'Atlanta. Dans la gnose conspirationiste, ils seraient la preuve de la création de camps de concentration en prévision de l'instauration prochaine de la loi martiale par le gouvernement fédéral. Je n'ai pas trouvé mention de cette théorie dans Wikipédia, c'est à surveiller.

Et puis tout le monde sait que Wikipédia n'est qu'un projet du gouvernement américain pour réduire la culture générale de la population et promouvoir le point de vue anglo-saxon, avec la bénédiction des actionnaires de Google et la complicité active des chiites du Vatican.

mercredi 19 novembre 2008

Vrac

Alors, puisque certains se scandalisent que ce blog ne soit pas plus alimenté, voici quelques pensées jetées en vrac sur l'infoblogosphère wikipédienne telle l'écume sur un rocher côtier un jour de grand vent.

Wikipédia a besoin de thunes. Comme la Foundation refuse de se donner les moyens de capter ne serait-ce qu'un pouillème du potentiel des visites sur le site (l'un des plus visité au monde, ne l'oublions pas), il faut bien faire la manche pour rester propre et conserver de la bande passante. Je reste quand même perplexe : puisque le projet est viscéralement hostile à la pub, pourquoi avoir choisi une bannière aussi intrusive (et aussi lénifiante dans son message) ? Bon, ok, je n'y connais pas grand chose à la levée de fonds, mais tout de même, je ne peux pas m'empêcher parfois de penser qu'il y a quelque chose de pourri dans le royaume de l'encyclopédie libre.

J'ai souvent l'impression qu'on s'imagine qu'il existe quelque part une liste des sujets admissibles. Une liste créée par des gens compétents, permettant de séparer ce qui peut figurer sur Wikipédia de ce qui ne doit pas être mentionné. C'est bien sûr un fantasme complet. Ce qui figure sur Wikipédia, personne n'en décide, ça ne se fait que parce que des contributeurs concernés (qui ne peuvent être assimilés à une quelconque « communauté ») ont décidé de s'y mettre. Il n'y a aucun pilote dans l'avion de Wikipédia. Je conçois que ça peut être perturbant (si j'en crois certaines réflexions, ça semble même scandaleux à certains). Moi, c'est ce que je préfère. Et je ne suis pas convaincu pour un sou que mettre un pilote aux commandes fasse mieux avancer la chose.

Étant présent sur le Bistro et IRC, j'ai souvent l'impression d'exister en décalage complet par rapport à mes camarades communautaires. Dans mon univers, il n'y a jamais de guerre d'édition, jamais d'engueulade, jamais de prise de tête bien méchante. Les psychodrames perpétuels ne sont que des rumeurs lointaines provenant de la capitale, et je me dis que le monde des puissants est décidémment bien différent du mien.

Ma liste de suivi approche désormais le millier d'articles. Pourtant, elle bien peu souvent activée. Je suis un contributeur de niche.

Au bout du compte, j'aime bien ce projet, moi.

mardi 11 novembre 2008

Je ne suis pas admissible

L'un des auteurs de ce blog s'est fait créer son article sur Wikipédia. Forcément, l'article a été supprimé. Sauf que le bloggueur en question trouve ça très bien, en fait, et même que ça indique que le fonctionnement de Wikipédia n'est pas trop mal.

C'est suffisamment peu courant pour qu'on le signale. :)

jeudi 6 novembre 2008

Navigation à vue

Parfois, j'aimerais bien que Wikipédia puisse fournir les données de façon plus flexible. Ça permettrait à la fois de mieux répondre à diverses recherches et d'alléger certains articles.

L'autre jour, j'étais en train de jeter un œil l'article anglais sur James Buchanan (président des USA au début de la guerre de sécession). J'ai voulu ensuite passer au président suivant. Commençant à connaître WP, je me dis qu'il doit bien y avoir une palette de navigation en fin d'article, ou un truc du genre ; je vais donc tout en bas.

Et là, c'est le drame. Je suis accueilli par plusieurs trucs. Tout d'abord un empilement de palettes de navigation (fort heureusement enroulées : toutes déroulées, elles tiennent à peine dans la hauteur de mon écran) : les présidents des USA, les candidats démocrates à la présidentielle des USA, les secrétaires d'État des USA, les sénateurs de Pennsylvanie, les membres du cabinet du président James K. Polk (1845-1849), les membres du cabinet du président James Buchanan (1857-1861). Ouch. Ça, c'est le premier effet Kiss Cool.

Le second impact est délivré par un ensemble de boîtes dynastiques. Vous savez, c'est ces boîtes avec à gauche un truc précédent et à droite un truc suivant. À la base, ça permettait de passer d'une tête couronnée à l'autre, mais l'usage en a été considérablement élargi (sur en: en tout cas). Dans le cas de ce bon vieux Buchanan, l'effet « sapin de Noël » n'est pas loin parce qu'elle sont classées par catégories, avec un en-tête de couleur à chaque fois. Dans l'ordre, de haut en bas, on trouve :
* les membres de la Chambre des représentants (deux boites l'une sur l'autre, la première pour le représentant du troisième district congressionnel de Pennsylvanie, la deuxième pour le quatrième) ;
* les postes diplomatiques (ambassadeur de Russie et ambassadeur au Royaume-Uni) ;
* les sénateurs (juste la case « sénateur de Pennsylvanie, classe 3 ») ;
* les postes politiques (président de la commision judiciaire de de la Chambre des représentants, secrétaire d'État et enfin président des USA, le dernier point me permettant enfin de trouver Lincoln) ;
* les charges de parti politique (juste candidat du parti démocrate pour la présidentielle) ;
* et pour finir, la catégorie des titres honoraires, qui contient cette information : plus vieux président américain encore vivant.

Là, forcément, je me dis qu'on va peut-être assez loin dans le détail chronologique. Histoire de vérifier, je clique sur le lien vers l'article « Oldest living United States president ». Un coup d'œil sur l'historique m'apprend qu'il a plus de deux ans et a été édité plus de 150 fois, par plus de 90 contributeurs différents. Au niveau de la consultation, il est regardé plus d'une centaine de fois par jour. Conclusion : cette information qui me semblait totalement superfétatoire semble bien intéresser pas mal de monde. Il ne faut jamais juger de rien.

Quand on en arrive là, on peut avoir plusieurs réactions. La première, c'est de se dire que les contributeurs sont des cons et qu'il est idiot d'ajouter de telles infos. La deuxième, c'est de se dire que si des types se cassent à créer cet article et à ajouter les infos chronologiques sur tous les présidents concernés, c'est que ça les regarde et que, de façon évidente, ils trouvent ça intéressant, eux.

Bon, ok, je suis prêt à admettre qu'ils trouvent ça intéressant (et même à éviter de trouver ça débile). Maitenant, le problème, c'est que ça rend la consultation de l'article passablement lourde, quand même. Mon Lincoln, je ne l'ai trouvé quand me tapant l'intégralité de l'empilement : j'aurais mieux fait de lire l'introduction de bout en bout, ça aurait été plus rapide. Bref, c'est peut-être pertinent (supposons que ça le soit, ça sera plus simple), mais pas du tout pratique.

La possibilité de naviguer d'un article à l'autre suivant des règles spécifiques est une possibilité importante de Wikipédia, au-delà de l'édition libre et du suivi historique. Malheureusement, il ne s'agit pas d'une possibilité intrinsèque mais d'une conséquence indirecte. Globalement, un article est toujours perçu comme une bulle : les infos présentes sur l'un ne peuvent pas être prises en compte sur l'autre. Je ne sais pas s'il serait facile de pondre un système wiki permettant de mettre en commun des infos de ce type, mais j'avoue que ça serait chouette si on pouvait générer des palettes de navigation à la demande. En tout cas, ça serait un peu moins moche que les solutions actuelles.

mardi 4 novembre 2008

Election Day

Allez, histoire de faire hurler un peu plus ceux qui pensent que Wikipédia se prostitue en autorisant la publication de ce genre d'articles (et je sais qu'ils sont nombreux à me lire), regardons un peu comment en: gère la présidentielle américaine. C'est d'actualité, en plus. :o)

Donc, on a bien sûr un article sur l'événement en lui-même. Cependant, comme ce n'est pas suffisant, on a une catégorie dédiée (59 articles, 9 sous-catégories). On trouve forcément tout ce qu'on veut sur les candidats (64 articles, 10 sous-catégories), leurs positions politiques (18 articles), leur campagne (32 articles).

Au niveau des partis, on dispose des primaires démocrates (61 articles, chaque État étant détaillé) et républicaines (59 articles seulement). Les conventions démocrates (6 articles) et républicaines (7 articles) ne sont pas oubliées.

Une élection sans sondage n'est pas intéressante. Heureusement, la catégorie dédiée est là (28 articles). Et pour les résultats, on peut compter sur le détail de l'élection par État (22 articles, mais c'est destiné à augmenter).

Ah ces Ricains. Faudrait qu'ils comprennent que Wikipédia n'a rien à gagner à une telle profusion, que c'est néfaste et tout, d'ailleurs c'est probablement TI, HC ou pas sourçable. Si tout le monde faisait pareil pour toutes les élections du monde, ça serait la fin. Ou alors on aurait des résumés exhaustifs et précis, ce qui serait à n'en pas douter la fin de la Civilisation occidentale.

lundi 3 novembre 2008

Wikipédia n'a pas pour but de répondre aux questions des gens

Je ne sais pas pour vous, mais moi, j'utilise régulièrement Wikipédia pour trouver des infos, pas seulement pour ajouter des trucs dedans. Bref, je suis au moins un utilisateur qu'un éditeur (par contre, j'utilise plus en: que fr:, y'a pas photo, je suis désolé sur ce point).

Voici une petite liste de sujets que j'ai consultés sur Wikipédia :
  • des commandes Unix ;
  • des albums de musique électronique (surtout la date de publication et la liste des plages) ;
  • des vieux jeux vidéo ;
  • des résumés d'épisodes de séries télé ;
  • l'univers de plusieurs jeux de rôle ;
  • les lieux intéressants autour d'un endroit précis, pour préparer mes vacances ;
  • des plans de métro ;
  • les moyens les plus simples pour se rendre à un aéroport ;
  • la méthode pour calculer la date de Pâques pour une année donnée ;
  • des actualités d'il y a plusieurs années ;
  • et j'en passe.
Bien sûr, je vous ai fait une sélection. J'ai également cherché tout un tas d'infos sur des sujets très honnêtes, comme la littérature classique ou l'histoire de France. Seulement, j'ai surtout utilisé Wikipédia pour trouver des réponses à des questions pas forcément « encyclopédiques » (dans le sens wikipédien du terme, grossièrement synonyme de « conforme à la morale dominante »). D'aucuns me répondront que ce n'est pas le boulot de WP de répondre à ces questions ; c'est quoi, alors ?